Histoire du Québec

Incendie de l'Hôtel-Dieu de Québec

Incendie de 1755 à l’Hôtel-Dieu

L’incendie de 1755 détruisit l’Hôtel-Dieu de Québec de fond en comble. Tout fut anéanti: monastère, dépendances, chapelle et hôpital.

Le feu se déclare sur le toit de la grange et se propage avec une rapidité extraordinaire. En deux heures, le complexe fut consumé. On raconte que tous les hommes valides de la ville de Québec se portèrent au secours des Hospitalières, de même que les prêtres du Séminaire, les Jésuites et les Récollets. Les religieux réussissent à sauver les Saintes Espèces, les châsses des martyrs, les ornements et les vases sacrés, quelques tableaux et un peu de lingerie.

Pour comble de malheur, le soir les religieuses constatent qu’une de leurs compagnes manque a l’appel. Une sœur Hospitalière avait péri dans les flammes et on ne retrouva pas ses ossements.

Pour soulager leur dénuement, on organise une souscription dans les communautés avoisinantes. Les fonds viennent même des citoyens de Montréal.

Les Ursulines s’empressent de donner l’hospitalité aux sœurs Hospitalières. En entrant au couvent des Ursulines, les soeurs se jettent dans les bras les unes des autres. Les Ursulines étaient fières de rendre le même service qu’elles avaient reçus des Hospitalières lors de l’incendie de leur propre couvent quelques années auparavant.

Pendant plusieurs semaines, les sœurs vécurent ensemble, puis les Pères Jésuites cèdent aux Hospitalières une aile de leur collège et une chapelle. Les Hospitalières en profitent pour y ouvrir un hôpital. La reconstruction de l’Hôtel-Dieu a lieu deux ans plus tard.

On a bien sûr fait une enquête sur l’incendie de l’Hôtel-Dieu de 1755, mais on n’a rien découvert de significatif. Toutefois, deux années plus tard, on apprenait que c’était l’oeuvre de deux matelots français hospitalisés à l’Hôtel-Dieu et qui, en bon Français, étaient mécontents de quelque chose. De retour en Europe, ces deux incendiaires furent reconnus coupables d’un meurtre commis en France et condamnés à la peine capitale. Au moment de monter sur l’échafaud, l’un d’eux, pris de remords, avoua être l’auteur de l’incendie de l’Hôtel-Dieu de Québec. Il avoua qu’afin de perpétrer son crime, il avait enduit des couvertures de coaltar et de soufre. Cela explique comment le feu, activé par un grand vent, se propagea si rapidement.

hotel dieu de québec

Hôtel-Dieu de Québec, carte postale ancienne