Histoire du Québec

Plans sur l'immigration au Canada

Plans sur l’immigration au Canada

Intensifier l’immigration pour a accroître la population canadienne, dit la Chambre de Commerce du Canada : 30,000,000 en 1975

Dans un mémoire qu’elle a rendu public hier (le 5 août 1954), la Chambre de Commerce du Canada recommande aux autorités fédérales d’adopter les mesures nécessaires pour doubler la population du Canada d’ici 1975. Le comité de l’immigration de cet organisme national estime que l’heure est venue, non pas de diminuer, mais d’accroître l’immigration.

C’est d’ailleurs la population canadienne qui perdra si une opposition à courte vue à l’immigration vient nuire à l’essor future du pays.

Cet avertissement, on le trouve dans un rapport spécial préparé par le comité d’immigration de la Chambre de Commerce du Canada. Ce rapport énumère plusieurs raisons en faveur de l’accélération du mouvement de l’immigration au pays.

« L’immigration demeure l’une des plus importantes questions à l’ordre du jour au Canada, souligne M.A.E. McGilvray, président du comité spécial d’immigration de la Chambre de Commerce. Les faits mis à jour par l’enquête de notre comité, dit-il, devraient aider les Canadiens à mieux comprendre la question et convaincre tous et chacun qu’il est de son rôle d’éclairer l’opinion publique afin que celle-ci exige un accroissement de la population par le procédé de l’immigration.

Le rapport du comité souligne, en particulier, qu’une augmentation de la population s’impose du point de vue de la défense du pays, de la production et d’un standard de vie plus élevée. « Toute étude de l’immigration fait voir qu’un accroissement de population signifie plus d’emplois, plus de maisons et un standard de vie plus élevé, » ajoute le rapport. « Nous devrions comprendre le danger qu’il y a à vouloir garder pour nous seuls un pays aussi riche. Notre sens moral doit nous pousser à permettre aux autres d’u venir profiter des opportunités qui s’offrent si généreusement ».

Les raisons

Parmi les raisons invoquées pour accélérer le rythme de l’immigration, le rapport du comité souligne les suivantes :

1. L’expansion industrielle. Deux des plus importants projets de construction actuellement à l’horizon, la canalisation du Saint-Laurent et la construction d’un pipe-line transcontinental, créeront de l’emploi à la fois de la main d’oeuvre experte et de la main-d’oeuvre générale.

2. Exploitation des ressources. La célérité et le degré d’efficacité que nous apporterons dans le développement de notre riche héritage de ressources naturelles dépendront en grande mesure de notre aptitude à employer des hommes en dehors des grands centres. De forts contingents de jeunes immigrants masculins constituent une réponse efficace à ce problème.

Fardeau fiscal

3. Culture des fermes. Nos fermes canadiennes ont besoin de main-d’oeuvre pour remplacer celle qui a été attirée par la vie industrielle des villes. Il existe aussi plusieurs terres abandonnées que des fermiers d’expérience pourraient remettre en culture.

4. La sécurité nationale. Les 15 millions de gens qui habitent notre pays, que l’on a décrit comme la nouvelle Belgique dans un monde divisé, ne constituent pas un groupe suffisant pour maintenir notre sécurité nationale maintenant et dans l’avenir.

5. Réduction des frais généraux d’administration du pays. Les systèmes de communications et de transports gouvernementaux au Canada, de même que les autres services, ont été développés pour une population beaucoup plus considérable que celle que nous avons présentement. De même le fardeau des taxes et impôts qui s’est alourdi par suite de notre effort de guerre et de l’institution de nombreux bénéfices sociaux ne peut être allégé que par une augmentation de la population.

Production et consommation

6. L’économie domestique. L’expérience du passé nous démontre qu’un nouvel support d’immigrants a à peu près toujours signifié une plus grande stabilité, une plus grande efficacité, un plus fort volume de production, de même qu’une consommation accrue des biens.

7. Le chômage. On a pu constater, au cours des années que l’immigration, loin de provoquant le chômage, a plutôt créé de l’emploi. Ces nouveaux venus ajoutent au nombre des consommateurs et cet élargissement du marché local aidera à maintenir la prospérité canadienne à un haut niveau.

Le rapport fait remarquer en terminant, que notre capacité d’absorber un nombre toujours croissant d’immigrants dépend de notre expansion industrielle. Mais il ajoute que l’on doit viser à doubler notre population d’ici 1975, à la porter à au moins trente millions. Le Canada, pays où s’offrent actuellement les plus grandes possibilités d’avenir au monde, ne peut manquer d’être fidèle à ses hautes destinées. Mais pour ce faire, il se doit d’accroître sa population.

Souhaitable mais impraticable

À Ottawa, les autorités de l’immigration ont accueilli avec satisfaction le rapport de la Chambre de Commerce du Canada réclamant une plus forte immigration. Mais elles ont souligné qu’un programme accru d’immigration n’est pas immédiatement praticable. Les porte-parole du ministère de l’immigration ont précisé que l’acceptation politique d’une immigration accrue dépend, dans une certaine mesure, de ce que les Canadiens reconnaissent, en général, qu’il y a plus d’avantages que de désavantages à admettre un plus grand nombre d’immigrants au pays. On a rappelé que les fédérations syndicales ont exprimé, au cours des derniers mois, des critiques contre le programme d’immigration, auquel elles attribuaient en partie l’accroissement du chômage au début de cette année.

immigration au canada

rue Ste-Hélène. Photo: Histoire-du-Québec.ca