Histoire du Québec

Images de la Première Guerre Mondiale

Images historiques de la Grande guerre (Première guerre mondiale)

Les chars d’assaut ont été utilisés pour la première fois à la bataille de Flers-Courcelette, en septembre 1916. Le gouvernement britannique a fait transporter ce blindé Mark IV baptisé « Britannia » au Canada en 1917 aux fins d’une campagne de souscription d’un emprunt de la Victoire. Les obligations de cet emprunt offraient un rendement de 5,5% sur 5,10 ou 20 ans. Une obligation d’aussi peu que 50 dollars a été émise pour susciter une large participatuon populaire. Le gouvernement espérait recueillir 150 millions de dollars; il en a obtenu 398 millions, le prêt ayant été sursouscrit. L’argent a servi à la production de guerre canadienne et a fourni des liquidités aux Alliés pour l’achat de blé et d’autres biens.

Tank Mark IV

Le char britannique « Britannia » participant au défilé de l’emprunt de la Victoire, rue Sherbrooke, Montréal, le 19 novembre 1917. Photographie de l’auteur anonyme, Bibliothèque de la défense nationale, bibliothèque et archives Canada, PA-022763.

La décision d’instaurer la conscription a pris de court les chefs politiques. Henri Bourassa, directeur du Devoir et chef de file des nationalistes du Québec a attendu le 29 mai 1917 pour publiser le premier article d’une série de neuf articles s’opposant à la conscription. Pendant plusieurs semaines, Wilfrid Laurier a semblé hésiter à poursuivre les pourparlers avec le premier ministre du Canada, Robert Borden, au sujet d’une possible coaltion. Le flottement temporaire au niveu du pouvoir a invté de jeunes activistes rivaux à manifester, organiser des réunions nocturnes, voire commetre des actes de violence pour aquérir de l’influence. La Loi sur le service militaire est entrée en vigueur le 29 août, mais n’a été appliquée qu’après les élections fédérales de décembre.

L’histoire du 163e Bataillon, surnommé bataillon des Poils-aux-pattes, est indissociable de celle d’Olivar Asselin, qui s’est enrôlé et a levé un bataillon de jeunes Canadiens français pour combattre outre-Atlantique. Olivar Asselin, cofondateur du mouvement nationaliste, consacrait une énergie considérable à la défense des droits linguistiques des francophones en Ontario quand il a accepté de créer un bataillon canadien-français le 15 novembre 1915. Nationaliste, laïque et anticlérical, il éprouvait un amour profond pour la France. Il a déclaré, lors d’un rassemblement de masse au Monument national, qu’une défaite de la France « nous condamnerait, nous ses enfants d’Amérique, à traîner désormais des vies diminuées ». Le 163e s’est entraîné aux Bermudes avant de vogeur vers l’Angleterre, où il a été démantelé, puis utilisé en renfort.

163e batalion

Tous les vrais Poil-aux-Pattes s’enrôlent at 163e. C’ en chef Henri Des Rosiersm ce-devant deu 14e, F.E.C. C’ en second Olivar Asselin. Comprend aussi le major Rodolphe De Serres, le capitaine Robert Roy, le lieutenant Alain de Lotbinière Macdonald, tous de retour du front, le lieutenat de Jonghe, Victoria Cross, etc. Le tambour bat, le clairon sonne, qui reste en arrière, personne ! C’est un peuple qui se défend. En avant ! Quartiers généraux, Montréal, rues St-Denis et Ste-Catherine. Victoire ! Les Poils-auxPattes s’en viennent!

Au Québec, le recrutement militaire se déroulait surtout à Montréal. Dix-neuf bataillons d’infanterie, un bataillon de pionniers, des compagnies de renfort et des régiments d’artillerie, entre autres unités, cherchaient des volontaires. Or un homme sur trois était réformé pour des raisons de santé ou de condition physique. En 1916, peu d’hommes aptes à servir sous les drapeaux souhaiteient s’enrôler.

150e batalion

Canadiens franâis enrôlez-vous au 150ième Carabiniers Mont-Royal. Sous le commandement du Lt-Colonel H. Barré. Un régiment d’élite, composé d’hommes de choix, et commandé par des officiers d’expérience revenus du front de la guerre. Bureau de recrutement, arsenal du 65e régiment, coin avenue des Pins et rue Henri Julien, Montréal. 1914-1915. Lithographie. Bibliothèque et Archives Canada.

De nombreux catholiques irlandais du Québec se sont mariés avec des coreligionnaires francophones et se sont assimilés parmi ceux-ci. Une collectivité irlandaise catholique de 30 mille âmes prospérait néanmoins à Montréal. Ses membres de définissaient comme des Canadiens irlandais. Concentrée à Pointe-Saint-Charles et Griffintown, elle conservait ses propres paroisses, écoles et collèges. Quand la guerre a éclaté, un nouveau régiment de milice, les Rangers canadiens-anglais, a été constitué. Au début de 1916, il formait l’essentiel du 199e Bataillon outre-mer. Comme en témoignent les affiches de recrutement, la collectivité irlandaise de Montréal appuait l’autonomie de son pays d’origine ainsi que l’effort de guerre. Après un voyage en Irlande et une brève période avec la 5e Division du Canada en Angleterre, le 199e Bataillon a été dissous; ses officiers et ses hommes se sont joints aux troupes de renfort.

Bataillon irlandais

Tous unis au sein du 199e bataillon d’outre-mer des Irish Canadian Rangers. 1914-1918. Lithographie. Bibliothèque et Archives Canada, 1983-28-888.

Le Champs de Mars était le lieu de défilé des bataillons de Montréal pendant la guerreé Ces photographies datées de 1915 illustrent probablement le 42e Bataillon, soit le Black Watch, qui a quitté la ville pour rallier la 3e Division du Canada en juin ou le 69e Bataillon, unité canadienne-française levée pendant l’été. Le 69e était commandé par Joseph-Adolphe Dansereau, jeune homme de 25 ans fraîchement diplômé du Collège militaire royal et fils d’Arthur Dansereau, rédacteur en chef du journal La Press. Joseph-Adolphe a servi au sein des 48th Highlanders à Langemarck lors de la deuxième bataille d’Ypres et a été rapatrié au Canada pour diriger le 69e. Ce dernier a été rapidement doté en en hommes au maximum de sa capacité, mais une fois en Angleterre, il a été dissous et réaffecté aux renforts.

Parade militaire

Parade militaire sur le Champs de Mars, Montréal. 1915. Photographie. Bibliothèque et Archives Canada, PA-030903.