Histoire du Québec

Gouverneurs de la Nouvelle-France

Liste des gouverneurs de la Nouvelle-France

La plupart des gouverneurs en poste ont laissé leur nom à des rues, places, villes, plans d’eau, montagnes, régions… Le souvenir des administrateurs français s’était perpétué durant le régime anglais dans le personnage de Frontenac, mais les autres désignations remontent à la fin du XIXe siècle et du siècle suivant.

1608 – 1635 Samuel de Champlain

1636-1648 Charles Huault de Montmagny – En plus des rues qu’il a lui-même baptisées, il existe une rue Montmagny depuis 1890.

1648 – 1651 Louis d’Ailleboust de Coulonge et d’Argentenay. Le nom de la rue D’Ailleboust remonte à l’époque où Saint-Malo n’était qu’un village aux abords de Québec.

1651 – 1656 Jean de Lauson – aucun rue à Québec port son nom, pourtant, plusieurs odonymes honorent ce nom au Québec.

1657 – 1661 Pierre de Voyer d’Argenson. L’actuelle rue D’Argenson a reçu ce nom en 1890, mais il était aussi en usage avant 1663 pour désigner la rue Saint-Pierre.

1661 – 1663 Pierre Dubois Davaugour. Le dernier gouverneur à servir sous le règne de la compagnie des Cent-Associés a aussi droit à une reconnaissance officielle. La rue D’Avaugour a été ainsi nommée en 1917.

1663 – 1665 Augustin Saffray de Mézy. Aucune rue à Québec ne rappelle le souvenir de gouverneur, mort à Québec et inhumé dans le cimetière des pauvres de l’Hôtel-Dieu.

1672 – 1682 Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau. À Québec, la rue Buade a été tracée par le gouverneur lui-même en 1674 dans le prolongement de la côte de la Montagne. Une rue Frontenac a aussi été ouverte en 1917 dans le quartier Saint-Sacrement.

1682 – 1685 Joseph-Antoine Le Febvre de La Barre. Il y a une rue de ce nom à Sainte-Foy.

1685 – 1689 Jacques-René de Brisay de Denonville. Ce gouverneur, comme son prédécesseur, n’a pas su composer avec les Iroquois.

1689 – 1698 Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau, second mandat (voir 1672 – 1682).

1699 – 1703 Louis-Hector de Callière. Ce gouverneur, qui repose sous la cathédrale, s’est distingué en signant la paix avec les Iroquois en 1701. Une rue De Callière a été ouverte en 1917 dans le quartier Saint-Sacrement de Québec.

1703 – 1725 Philippe de Rigaud de Vaudreuil. Le marquis de Vaudreuil est enseveli dans la crypte de la cathédrale de Québec. Connue autrefois comme la rue Wolfe, la rue De Vaudreuil dans le quartier Saint-Sauveur porte ce nom depuis la fin du XIXe siècle.

1726 – 1746 Charles de Beauharnois de La Boische.  Le règne de ce gouverneur correspond à une période de paix en Nouvelle-France, favorable à l’activité économique. L’ancienne rue Samson, situées aux abords du cimetière Saint-Charles, a été rebaptisée rue De Beauharnois en 1917.

1747 – 1749 Roland-Michel Barrin de La Galissonière. Savant naturaliste a été de passage dans la colonie. Il a assuré l’intérim pendant que le gouverneur de La Jonquière était retenu prisonnier par les Anglais. À Québec, une rue du Vieux-Limoilou portait son nom, mais elle est devenue la rue Cadillac en 1917.

1749 – 1752 Jacques-Pierre de Taffanel de La Jonquière. Le marquis de La Jonquière est le dernier gouverneur français français à avoir été enseveli à Québec. Une rue De La Jonquière a été ouverte dans Saint-Sauveur en 1954, aux abords du cimetière Saint-Charles.

1752 – 1755 Ange Duquesne de Menneville. Une rue Duquesne ouverte en 1973 dans le quartier Les Saules évoque le souvenir de celui qui a été occupé à fortifier la colonie en prévision d’un affrontement final avec les colonies britanniques.

1755 – 1760 Pierre de Rigaud de Vaudreuil de Cavagnial. Fils de Philippe de Rigaud de Vaudreuil (1703-1725), il est le premier Canadien à devenir gouverneur en titre de la colonie. Une rue de Québec porte son nom (mais d’après l’historien Pierre-Georges Roy, cette rue a été baptisée en l’honneur de son père.

vieux québec

Vieux-Québec, la nuit. Photo : © Histoire du Québec.ca