Histoire du Québec

Gouverneurs du Bas-Canada

Gouverneurs du Bas-Canada

 Une panoplie de gouverneurs

Des quinze gouverneurs en chef des colonies britanniques d’Amérique du Nord qui se succèdent entre 1791 et 1840, et qui tous résident dans la ville de Québec, le souvenir de huit d’entre eux a été gardé dès le XIXe siècle dans la ville par des noms de ses rues. Pourtant, les rues Aylmer, Craig, Gosford, Ramsay, Richmond sont disparues au cours des ans.

1786 – 1796 : Guy Carleton, 1er baron Dorchester.

1796 – 1807 : Robert Prescott.

1807 – 1811 : Sir James Henry Craig (notons qu’on n’avait point gardé un bon souvenir du gouverneur James Craig chez les Québécois de langue française. Dans le quartier de Saint-Roch de la ville de Québec, le nom de la rue Craig fut peu à peu supplanté par celui de rue du Pont car elle menait au pont Dorchester. À Montréal, le nom de la rue Craig a été remplacé par la rue St-Antoine.

1811 – 1815 : Sir George Prevost. Il avait été question de dresser une statue équestre de sir George Prevost devant le parlement du Bas-Canada en 1812. Dans le faubourg Saint-Jean de la ville de Québec, la petite rue Prévost longe le boulevard René-Lévesque.

1816 – 1818 : Sir Coape Sherbrooke. La côte Sherbrooke, baptisée ainsi au début du XX siècle, est l’une des voies abruptes qui relient la basse ville à la vieille ville.

1818 – 1819 : Charles Lennox, 4e duc de Richmond et Lennox. Dans le faubourg de la ville de Québec, la rue Richmond est aujourd’hui connue sous le nom de rue Lavigueur.

1820 – 1828 : George Ramzay, 9e comte Dalhousie. À Québec, près de la gare du Palais, la rue Ramsay s’étendait de la rue Saint-Paul a la rivière Saint-Charles. La rue Dalhousie longe de nos jours le Vieux-Pont.

1830 – 1835 : Mathew Whitworth, 5e baron d’Aylmer. Jadis, la petite rue Aylmer conduisait de la rue St-Pierre au Saint-Laurent.

1835 – 1838 : Archibald Acheson, 2e comte de Gosford. Jadis située dans le quartier Saint-Roch, la rue Gosford n’existe plus à Québec.

1838 – 1839 : John Colborne, 1er baron de Seaton. Rien le passage à Québec de celui qu’on a surnommé « le vieux brûlot » car il avait mis fin aux insurrections des Patriotes en incendiant les villages de Saint-Eustache et Saint-Benoît.

1839 – 1841 : Charles Edward Poulett Thompson, 1er baron de Sydenham. Son nom n’est pas commémoré au Québec.

1841 – 1845 : John George Lambton, 1er comte de Durham. La terrasse Dufferin à Québec, était connue sous le nom de terrasse Durham. La terrasse Durham, construite en 1838 sur les ruines du dernier château Saint-Louis, ne dépassait guère à l’origine les fondations du château. Elle sera agrandie plus tard.

James Monk, administrateurs du Bas-Canada en 1819 – 1820, né à Boston, a vécu plusieurs années en Nouvelle-Écosse. Il vient à Québec en 1777 en tant que procureur général de la province de Québec. À Québec, l’avenue Monk, du quartier Saint-Sacrement, a été nommée à son mémoire. À Montréal, une avenue et une station de métro honorent ce personnage.

rue_champlain_quebecRue Champlain de Québec au 19e siècle. Source de l’image: Musée McCord de l’histoire du Canada

 

d