Histoire du Québec

George-Étienne Cartier

George-Étienne Cartier

Un père de la Confédération canadienne

Né le 6 septembre 1814, jeune patriote, George-Étienne Cartier, originaire de Saint-Antoine-sur-Richelieu, participe à la bataille de Saint-Denis et s’enfuit aux États-Unis.

À son retour au pays, il se joint aux réformistes de La Fontaine. Plus tard, Cartier s’associe à John A. Macdonald afin de diriger le gouvernement du Canada-Uni de 1858 à 1962.

Afin de dénouer les impasses, Cartier devient un ardent propagandiste du projet de confédération et l’une des principales figures de la Conférence de Québec qui se déroule dans la Salle du Conseil législatif du parlement-bureau de poste du 11 au 27 octobre 1864, en présence de délégués des deux Canadas, de la Nouvelle—Écosse, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve.

Les représentants de ces territoires adoptent les « Résolutions de Québec » qui seront présentées aux divers Parlements coloniaux puis adressées à Londres pour être étudiées et servir de base à l’Acte de l’Amérique du Nord britannique qui entrera en vigueur le 1er juillet 1867. Sir George-Étienne Cartier s’éteint à Londres le 20 mai 1873.

Dans la ville de Québec, dans le parc Montmorency, sur le site des anciens hôtels du Parlement, la fière statue de George-Étienne Cartier est une œuvre de G.W. Hill auquel on doit aussi la statue de Cartier du parc Jeanne-Mance à Montréal. Celle de Québec a été dévoilée le 6 septembre 1920 par le premier ministre de la province de Québec, Louis-Alexandre Taschereau. On peut lire sur l’un des côtés du piédestal ces propos de Cartier : « Pour assurer notre existence, il faut nous cramponner à la terre et léguer à nos enfants la langue de nos ancêtres et la propriété du sol ».

George-Étienne Cartier

George-Étienne Cartier

Le monument de George-Étienne Cartier à Québec, dans le parc Montmorency. Photo © : Carol Proulx, cadrenature.blogspot.com