Histoire du Québec

Francophones profitent de la vie

Les francophones profitent de la vie, les autres épargnent

Les francophones et les non-francophones du Québec non absolument pas les mêmes priorités financières. En effet, on note dans un sondage CROP-La Presse une situation diamétralement opposée entre les deux groupes. Alors que les Québécois francophones préfèrent dans une proportion de 45% « profiter de la vie », cette préférence tombe à seulement 28% chez les Québécois non-francophones.

D’autre part, quand il s’agit d’épargner, 44% des non-francophones en font leur principale priorité, à comparer à seulement 21% du côté des francophones.

C’est chez les Québécois gagnant moins de 20 000 $ que l’on retrouve la plus forte propension à épargner. « Épargner » est une priorité pour 30% d’entre eux, à comparer à 16 pour cent pour les 40 000 $ et plus.

À quoi attribue-t-on  cet écart de comportement entre les francophones et non-francophones?

Ces résultats ne surprennent pas Claude Béland, président du Mouvement Desjardins, l’institution financière la plus choyée des Québécois. Selon lui, cela démontre que l’ordre des valeurs entre les francophones et les non-francophones n’est pas le même.

Toutefois, le fait que 45% des francophones veulent profiter de la vie en priorité ne veut pas nécessairement dire, selon lui, qu’ils veulent faire pour autant de folles dépenses.

Cela dit, plus on est jeune, plus notre avenir financier nous fracasse. Alors que les deux tiers des jeunes âgés 18 à 34 ans se disent préoccupés par leur avenir financier, les deux tiers des 55 ans et plus affirment le contraire.

Votre situation

Votre situation financière personnelle, est-elle meilleure ou pire qu’il y a cinq ans?

Pour quatre Québécois sur dix (41%), elle est meilleure.  Mais fait important à souligner : 59 % des Québécois âgés de 18 à 34 ans affirment que leur situation s’est améliorée au cours des cinq dernières années.

Bien que le sondage démontre que les gens sont préoccupés par leur avenir financier, M. Béland se dit heureux de constater que 51% des jeunes de 18-34 ans estiment que leur situation financière va s’améliorer au cours des prochains mois.

Autre signe d’optimisme pour le Québec : le grand patron du mouvement Desjardins trouve encourageant de voir que 59% des jeunes de 18-34 ans affirment bénéficier aujourd’hui d’une meilleure situation financière qu’il y a cinq ans.

Vos épargnes?

Combien allez-vous épargner cette année? Un Québécois sur deux (47%) va épargner en 1997 moins de 1000$, soit 18% entre 500 et 999$, 16% entre 1 et 499$ et les 13% restant absolument pas un rond.

Chez les gens gagnant moins de 20 000$ l’an, on retrouve 30% d’entre eux qui ne réussiront pas à mettre un sous de côté.

Autre fait déplorable : 23% des 55 ans et plus ne peuvent pas économiser un sous.

Par ailleurs, chez les Québécois qui vont épargner plus de 1000$ cette année, 20% épargneront en 1000$ et 2499$; 10% entre 2500$ et 4999$; 7% entre 5000$ et 9999$ et 3% plus de 10000$. Le plus haut taux d’épargnants (68%) se retrouve chez les gens gagnant plus de 60 000$.

(Ces données correspondent à 1997).

amphi_tour

Amphitour. Photo : Histoire-du-Quebec.ca