Histoire du Québec

Femme canadienne, est-elle personne ?

Femme canadienne, est-elle personne ?

C’est le 18 octobre 1929 que la femme canadienne est reconnue une personne, au sens de l’Acte d’Amérique du Nord britannique. Le tribunal britannique ayant le dernier mot en matière constitutionnelle, le Conseil privé renversait ainsi une décision de la Cour suprême du Canada qui avait conclu que le mot personne dans l’Acte d’Amérique du Nord britannique excluait les femmes.

Le gouvernement canadien ne s’était pas opposé à ce que cette cause soit portée en appel.

La décision, rendue le 18 octobre 1929 par le Conseil privé de Londres, conduira à la désignation, par le premier ministre W.-L. Mackenzie King, de la première femme au Sénat du Canada, Cairine Wilson, originaire de Montréal, en février 1930.

En annonçant la nomination de Mme Wilson, les journaux insistaient autant sur sa fréquentation du milieu politique que sur le fait qu’elle était mère de huit enfants et qu’elle parlait bien le français. Cette nomination a ouvert la voie à celle d’autres femmes au Sénat. Parmi elles, Marianna Beauchamp-Jodoin fut la première francophone à y accéder, en 1953, alors qu’elle avait 72 ans.

« Les premières femmes, nommées au Sénat ont eu de la difficulté à prendre leur place. Mais elles l’ont prise tant et si bien que certaines en sont devenues présidentes », a mentionné Mme Solange Chaput-Rolland, ex-sénateur conservatrice et co-auteur du livre Chère Sénateur.

Femme canadienne - cinq femmes

Cairin Wilson

Les cinq femmes. Cette sculpture, réalisée par Barbara Paterson et installée sur la colline du Parlement à Ottawa, illustre le mouvement des suffragettes canadiennes Nellie McClung, Irene Parlby, Emily Murphy, Louise McKinney et Henrietta Muir Edwards. Photo © Histoire-du-Québec.ca

Voir aussi :