Histoire du Québec

Explosion à Trois-Rivières

Explosion d’un caisson à Trois-Rivières : 12 morts

Spectacle d’isolement et d’angoisse. À 500 pieds du rivage, dans le premier caisson de la section nord du pont de Trois-Rivières en construction, une explosion qui s’est produite en fin d’après-midi, le 7 septembre 1965, a tué un homme et a enterré vivants onze autres.

Il est dix heures du soir, et sur la rive, parents et témoins apprennent qu’il ne reste, à toutes fines pratiques, aucun espoir de retrouver vivants les onze ouvriers qui travaillaient à 80 pieds sous la surface de l’eau, dans le lit du fleuve. On ne sait rien, on ne voit rien ; la compagnie observe le plus complet mutisme; on devine seulement, loin de la rive, sous les puissants réflecteurs, les travaux de sauvetage qui, peu à peu, ralentissent.

Un homme-grenouille et une vingtaine de manoeuvres s’affaireront encore toute la nuit sur le caisson “N-2″ du pont de Trois-Rivières, maintenant, un amas de ferraille, fendu en deux par une explosion, dont on n’a pas encore révélé la cause.

De l’avis des dirigeants de la compagnie Dufresne et McNamara Engineering, qui ont le contrat pour les travaux des piliers du pont, sept des ouvriers qui travaillaient au plus profond du caisson ne possédaient, au moment de l’explosion, que l’oxygène suffisant pour survivre une trentaine de minutes. La déflagration s’est produite au plus profond du caisson, à une profondeur de 80 pieds. C’est à cette profondeur, que les hommes, dans le caisson, creusaient le lit du fleuve pour la construction du pilier central “N-2″.

Trente à quarante hommes creusaient ce pilier. Sous le choc, quelques-uns, qui travaillaient à la surface du caisson, furent projetés à l’eau et rescapés sans blessures. D’autres, installés plus profondément, subirent diverses blessures et furent éventuellement transportés à l’hôpital Saint-Joseph de Trois-Rivières après avoir été ramenés des lieux de l’explosion à bord de canots automobiles.

La seule victime dont on a retrouvé le corps jusqu’à présent a été identifiée comme étant M. Gilles Arvisais, âgé de 28 ans, de Mont-Carmel, à une dizaine de minutes de Trois-Rivières.

L’explosion s’est produite à 4.05 précises, soit juste quelques instants avant le changement des équipes.

La construction du pont de Trois-Rivières doit être terminée en 1967. Le forage du pilier “N-2″ avait débuté il y a quatre mois. Il semble que l’accident d’hier retardera d’autant de mois la fin des travaux.

(Publié dans La Presse, le 8 septembre 1965. Nous avons respecté l’orthographe de l’article).

Pont Laviolette

Pont Laviolette

Pont Laviolette aujourd’hui. Source de l’image : Claude Boucher