Histoire du Québec

Écrasement du Liberator Harry

Écrasement du Liberator Harry

Cet accident qui coûta la vie à vingt-quatre militaires canadiens, le 19 octobre 1943, est le plus meurtrier dans l’histoire de l’aviation militaire du pays. En pleine tempête de neige, l’avion B-24 Liberator s’écrasa près du sommet de la Montagne Noire, la plus haute montagne sur le territoire de la municipalité de Saint-Donat, dans les Laurentides. L’appareil est tombé sur un cap de rocher, à l’altitude d’environ 840 mètres, et s’éparpilla dans la forêt environnante.

Ces gens ont donné leur vie pour la défense du Canada, même s’ils ne sont pas morts au front. Les passagers revenaient d’Europe pour une permission et ce fut leur dernier vol.

L’avion avait été acheté en septembre 1943 de la United States Army Air Force et portait le numéro de série 41-24236. L’Aviation royale du Canada n’a pas eu même le temps d’y peindre son emblème. De cette façon, l’étoile américaine est encore visible sur une aile du Liberator. L’appareil était immatriculé 3701 H pour Harry et il faisait partie d’un groupe d’achat de quatre Consolidated Liberator anti-sous-marins B-24Ds. Les quatre appareils, au moment de leur usage dans l’USAAF, ont combattu contre les U-boat allemands et devaient être utilisés au même genre d’opération avec l’Aviation Royale du Canada. Cependant, à cause de leur mauvais état, on a dû plutôt les employer pour l’entraînement et le transport général.

Par un temps pluvieux, le 19 octobre 1943, ce bombardier quitte la base de Gander à Terre-Neuve pour un vol de routine vers Mont-Joli. À son bord, il y avait quatre membres d’équipage et vingt militaires en permission. Vers 1 h 45, après le dernier contact radio avec la tour de contrôle à Mont-Joli, on n’aura plus de nouvelles de l’avion.

Aussitôt sa disparition constatée, des recherches sont entreprises. Le Commandement aérien de l’Est du Canada a effectué 728 sorties pour un total de 2 438 heures de vol dans le corridor qu’aurait dû suivre le bombardier, mais en vain. Les vestiges de l’avion ont été retrouvés plus de deux ans après la tragédie soit le 26 juin 1946, alors qu’un autre avion est porté disparu entre Rockcliffe et Roberval. À l’occasion, un avion de recherche militaire, piloté par le lieutenant. B.D. Inrig, survole la région de Saint-Donat et aperçoit la queue double qui caractérise bien le Liberator, près du sommet de la Montagne Noire. La journée même, une équipe formée de militaires et de citoyens Donatiens est dépêchée sur les lieux.

Dirigée par le Capitaine d’aviation Harry Cobb, cette équipe a découvert et exploré les lieux. D’après le Capitaine Cobb, les passagers de l’appareil ont tous été tués sur le cou au moment que l’avion aurait pris feu après sa chute. Des cartes d’identification et des vêtements d’aviateurs ont été rapportés des lieux. Trois cadavres seulement ont été identifiés.

Dans l’après-midi du 3 juillet 1946, parents et amis des victimes, ainsi que de nombreux militaires ont gravi la montagne afin de rendre un dernier hommage aux disparus. À la mémoire des défunts et pour respecter les croyances de chacun, trois cérémonies différentes ont été organisées, soit une catholique, une protestante et une juive, respectivement célébrée par les abbés commandants d’aile Leonard A. Costello, Robert M. Frayne et le rabbin capitaine Ephraim F. Mandelcorn. Le vicaire de la paroisse, l’abbé Gérard Supper, ainsi que trois religieux, des Pères du Très-Saint-Sacrement, ont assisté aussi aux obsèques. Le maire du village, M. Richard Coutu, a apporté une couronne de fleurs au nom de ses concitoyens. Une plaque commémorative, sur laquelle les noms des victimes ont été inscrits, a été installée sur un muret de pierre accolé au rocher au pied duquel les corps sont ensevelis.

En juin 1996, lors de la commémoration du 50e anniversaire de la découverte du Bomardier Liberator, on procède, au cimetière de la paroisse de Saint-Donat, à la bénédiction d’un obélisque funéraire réalisé par l’Agence canadienne de la Commission des Sépultures de guerre du Commonwealth et dédié aux 24 militaires décédés.

Un sentier m`ne vers le lieu commémoratif aménagé sur le site. Ce sentier est facile et large et ne comporte pas d’accident de terrain majeur. Cela prend environ trois heures pour monter, mais la municipalité de Saint-Donat a pris l’initiative de faire un chemin qui a changé l’allure du sentier. Aujourd’hui, la portion du sentier menant à la Montagne Noire fait partie d’un programme d’accès familial aux sentiers de la région. L’entrée du sentier est située sur le Chemin Régimbald et les annonces indiquent “sentier Inter-Centre”.  Lors de la montée, on traverse une érablière, une forêt de conifères, une forêt mixte et peut-être y côtoiera-on des animaux sauvages. C’est un parcours attrayant parsemé de points de vue surprenants.

Les restes des militaires reposent sur un petit cimetière bien maintenu par les résidents des municipalités environnantes. Un monument aux tombés y est installé. Des vestiges de la tragédie sont toujours sur place, telles, la tourelle de mitrailleuse, des parties de la carlingue et des ailes, un train d’atterrissage et quelque autres pièces.

Le lieu commémoratif de l’avion est situé à l’altitude de 838 mètres et le belvédère au-dessus du lieu de l’accident est à 853 Mètres. Ce belvédère permet d’admirer les belles montagnes des Laurentides.

livberator harry

Liberator Harry

Sentier Inter-Centre menant au lieu commémoratif. Source de la photo : www.st-donat.com/liberator-harry.html

Voici la liste des 24 membres du Corps d’aviation royal canadien (CARC), disparus avec le Liberator Harry :

  • Lieutenant d’aviation J.A.R. Poirier, Kenora, Ontario
  • Officier-pilote, S.A. Sanderson, London, Ontario
  • Officier d’aviation, H.F. Fisher, Armstrong, Colombie-Britanique
  • Officier pilote J.S. Johnston, Sarnia, Ontario
  • J.A. Barabonoff, Vancouver
  • F.A.E. Jenkins, Mullview, Île du Prince-Edouard
  • J. Silverstone, Windsor, Ontario
  • W.I. Howlett, Galahad, Atberta
  • Officier-pilote J. Lamond, Vancouver
  • R.W. McDonald, Woodstock, Nouveau-Brunswick
  • Sergent E.M. Finn, Totonto
  • Sergent W.J. Mc Naughton, Montréal
  • Sergent d’aviation R.F. Ware, Vancouver
  • Sergent F.H. Elliot, Slocan, Colombie-Britanique
  • Capitaine A.D. Beattie, Nash Creek, Oakville, Ontario
  • Aviateur-chef C.L. Dynes, Oakville, Ontario
  • Capitaine A.C. Johnston, Toronto
  • Sergent S.A. Wood, Palgrave, Ontario
  • Aviateur-chef J.A. Veilleux, Thetford-Mines, Québec
  • Aviateur-chef G.R. Patterson, Mille-Roches, Ontario
  • Caporal H.A. Hembley, Woodstock, Ontario
  • Caporal RD. Marr, Ketebec, Nouveau-Brunswick
  • Aviateur-chef E.W. Head, Rochester, New York
  • Aviateur-chef A.J. Radcliffe, Rivers, Manitoba
vue du commemoratif liberator harry

Liberator Harry

Vue du commémoratif. Source de la photo : www.st-donat.com/liberator-harry.html