Histoire du Québec

Concile de Trente

Concile de Trente

Ce qui le Concile de Trente a signifié pour le monde

Le Concile de Trente commence le 15 décembre 1545 et se termine en 1563.

Quarante-cinq ans après sa clôture, le Concile de Trente continue d’être le levain extrêmement actif qui fait lever toute la pâte. Il ne se passe pas de jours ou de semaines sans que partout à travers l’Église on sente de façon remarquable l’influence profonde que les décisions du Concile ont eue sur la réformation de l’Eglise catholique. Paul V, comme tous les autres papes qui se sont succédé sur le trône de Saint-Pierre depuis la clôture du Concile, s’applique constamment à la grande oeuvre de restauration amorcée à Trente.

Convoqué en 1536 par Paul III, reconvoqué en 1542, le Concile commençait le 15 décembre 1545. Il ne réunissait au début que trente-quatre pères conciliaires et plusieurs doutaient déjà de sa survie.

Malgré tous les obstacles rencontrés par le Concile de Trente, malgré les influences politiques que Charles-Quint d’Espagne et Henri II de France firent jouer pour l’orienter en leur faveur, malgré deux longues interruptions de 1549 à 1551 et de 1552 à 1562, le Concile se termina en 1563 dans un enthousiasme remarquable en présence de deux cent cinquante définiteurs et des ambassadeurs de tous les pays catholiques. Pie IV en signait la bulle d’approbation Benedicts Dei le 21 janvier 1564.

Vouloir rappeler ici tout ce que fut le Concile de Trente est impossible. Disons seulement que le Concile, dans une série de propositions et de canons, a donné à l’Eglise l’orientation doctrinale et disciplinaire dont elle avait besoin. Pour quiconque fait l’histoire du Concile de Trente il apparaît nettement que les définitions dogmatiques et les décisions disciplinaires qu’il a prises sont la source de l’élan extraordinaire de réforme profonde que l’Eglise catholique connaît depuis une quarantaine d’années.

Grâce à des hommes de l’envergure de Charles Borromée, de Philippe de Néri, des grands pontifes qui se sont succédé sur la chaire de Pierre depuis 1564, l’esprit du Concile de Trente s’est répandu comme une vague que rien ne pouvait arrêter.

Dire les influences du Concile de Trente, ce serait à la fois parler du dogme mieux expliqué et de la discipline chrétienne mieux vécue. Comme en une vaste synthèse, le Concile de Trente a précisé, pour les gens de notre époque, la doctrine fondamentale de l’Eglise catholique, a remis en honneur la pratique des sacrements, réorganisé la liturgie, enseigné aux hommes à mieux vivre leur foi. L’évangélisation des peuples “sauvages” qui peuplaient l’Amérique, ce nouveau continent découvert par les Européens a été annoncé comme l’une des priorités de l’Église catholique chrétienne. En grande partie, le financement des entreprises reliés à la colonisation de l’Amérique du Nord, notamment, du Canada est le résultat des dons et inversions faits des associations de bienfaisance qui ouvraient sous la devise de “sauver les pauvres Indigènes de la ignorance et de les évangéliser sous la bannière de la religion”.  Ainsi le Concile de Trente a joué un rôle d’importance décisive dans le processus de la colonisation.

Concile de Trente

La religion a joué un grand rôle dans l’histoire.  Elle a été l’un des éléments et facteurs les plus importants qui ont défini la politique des nations à l’époque des grandes découvertes. Photo par Megan Jorgensen.