Histoire du Québec

Chauffeurs de taxi ont le contrat

Les chauffeurs ont aussi leur contrat

 Le Comité Exécutif s’occupera du contrat des chauffeurs de taxi

27 juin 1935 – Au cours de l’assemblée du syndicat des chauffeurs et des camionneurs, qui a eu lieu hier soir à l’immeuble des Syndicats catholiques, sous la présidence de M. Donat Despatie, M. Valérien-Eugène Dupont, agent d’affaires du syndicat a annoncé que le Comité exécutif de la ville de Montréal allait étudier le contrat des chauffeurs et des charretiers.

Voici le texte de ce contrat.

Premièrement : Pour être en conformité avec la loi de l’extension des conventions collectives du travail, et pour bénéficier de la dite loi, les parties de la première et de la seconde part en sont venues à une entente sur les dispositions suivantes :

a) Dans la présente convention, le mot camionneur signifie toute personne employée sur un auto-camion, une motocyclette ou toute autre sorte de véhicule servant à la livraison des marchandises ou des messages, etc.; le mot charretier signifie toute personne employée sur un véhicule à traction animale.

b) Le mot « employé régulier » signifie toute personne engagée à la semaine, au mois ou à l’année.

c) Dix heures constituerons une journée régulière de travail, et six jours une semaine régulière de travail; tout travail fait en dehors de ces heures sera considéré comme temps supplémentaire.

d) Le salaire minimum des employés sera ainsi réparti :

  • Camion de 2 à 3 tonnes : $0.375 par heure; employé régulier : $21 par semaine.
  • Camion de 1 à 2 tonnes : $0.36 par heure; employé régulier : $20.00 par semaine.
  • Camion de ½ à 1 tonne : $0.34 par heure; employé régulier : $0.19 par semaine.
  • Livraison par motocyclette ou char léger : $17 par semaine.

Charretiers employés à la livraison du fret et d’objets pesants :

  • Voiture double, $0.35 par heure, $20 par semaine;
  • Voiture simple, $0.34 par heure, $19 par semaine;
  • Autres charretiers, $0.32 par heure, $18 par semaine;
  • Livraison légère, $16 par semaine;
  • Chauffeur privé $18 par semaine.

e) Chaque jour, après la onzième heure, et au cours des jours suivants : le Jour de l’An, la Noël et les dimanches, tout travail devra être payé au taux du salaire et demi.

f) Ne sont pas compris dans le présent contrat : les chauffeurs de taxis, les distributeurs de pain, les distributeurs de lait, les chauffeurs au service des buanderies et tous les camionneurs déjà compris dans un contrat collectif généralisé.

g) Tout employé a droit à 24 heures de congé consécutives par semaine. Au cas où il serait impossible de donner un tel congé, l’employé aura droit à deux demi-journées.

h) Il est expressément stipulé que tout contrat conclu entre un employeur et un ou plusieurs employés sur une base de travail à la pièce, sera de nul effet à moins qu’il ne soit possible de démontrer que le montant dudit contrat est équivalent au taux du salaire légal horaire des ouvriers qualifiés employés, en tenant compte du nombre réel d’heures de travail faites et du nombre d’employés engagés.

i) L’employeur devra payer toutes les dépenses de l’employé occasionnées par un voyage fait en dehors de la juridiction territoriale mentionnée dans ce contrat.

j) Aucun employeur n’aura le droit de réduire les salaires des employés recevant plus que le minimum indiqué ci-dessus au temps de la signature du présent contrat.

k) Les chauffeurs ne devront pas être tenus responsables des accidents à moins que le Comité conjoint ne juge que l’employé est en faute. Dans ce cas, l’employeur pourra retenir sur la paye de l’employé une somme ne dépassant pas un dollar par semaine.

Deuxièmement : Le Comité conjoint, chargé de l’application du présent contrat, aura tous les droits et privilèges qui lui sont conférés par le paragraphe 7 de la Loi de l’extension des conventions collectives du travail.

Troisièmement : La juridiction territoriale, pour fins d’application du présent contrat, comprendra l’Île de Montréal et ses alentours.

Quatrièmement : Le présent contrat entrera en force le jour de sa sanction et restera en vigueur pendant la période d’un an.

chauffeurs de taxi

Rue Pontiac. Image: Histoire-du-Quebec.ca