Histoire du Québec

Jean Bochart de Champigny

Biographie de Jean Bochart de Champigny

et son nom sur la carte géographique du Québec

Jean Bochart de Champigny, le sixième intendant de la Nouvelle-France, nait en 1645 dans la région du Havre-de-Grâce et meurt en 1720 au Havre-de-Grâce. Il fut l’intendant de la colonie de 1686 à 1702 et il s’avéra un bon administrateur et il fut même un innovateur. En effet, en 1688, il créa les Bureaux des pauvres dans les villes de Québec, Trois-Rivières et Montréal, ce qui constitua la première mesure d’assistance sociale au Canada et l’une des premières au monde.

Du même coup Bochart de Champigny interdisit la mendicité en Nouvelle-France. Par contre, il incouragea l’industrie de la pêche, l’exploitation forestière pour la construction de navires et le commerce vers les Antilles.

Puis, en 1699, ce personnage illustre organisa le premier dépôy d’archives canadiennes à Québec et devint ainsi le premier archiviste du Canada.

Jean Bochart de Champigny était issu d’une famille de gens de justice de Bourgogne, qui étaient propriétaires de plusieurs fievs et seigneuries, notamment le fief de Champigny, près de Paris. Il fut sieur de Noroy et de Verneuil, domaines appartenant également aux Bochart. Mais c’est à Champigny-sur-Marne, chef-lieu de canton du département du Val-de-Marne, situé à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Paris, que la famille installe son château.

Lors de la Guerre franco-allemande (1870-1871), cette ville a été le théâtre de sanglantes batailles. Ce centre résidentiel compte aujourd’hui environ 80 000 habitants, lesquels sont particulièrement fiers de leur église des XIIe et XIIIe siècles et de leur musée de la préhistoire. En France, huit autre communes portent le nom de Champigny, qui vient du latin tardif campania pour désigner une plaine, avec le suffixe -acum.

Au Québec, on a voulu, en 1908, rendre hommage à l’intendant Champigny en utilisant son nom pour dénommer un canton situé sur la rive gauche du Saguenay, à une vingtaine de kilomètres à l’est de la municipalité de Sainte-Rose-du-Nord. Ce canton est inhabité, plus petit que la moyenne et baigné par quelques lacs. Son relief généralement élevé atteint 760 mètres au nord de la rivière Sainte-Marguerite qui le traverse d’ouest en est. Sa frange sud, bordant la rivière du Saguenay, appartient au parc national du Saguenay, créé en 1983, et la côte longeant le fjord présente une série de caps si magnifiques qu’on les a choisis pour faire l’objet de désignations commémoratives, toutes destinées à honorer la France.

D’abord, en 1989, afin de soulinger le Bicentenaire de la Révolution Française, le gouvernement du Québec a offert à la France et au peuple français une triade toponymique inspirée de la devise française : Cap Liberté (310 m), Cap Égalité (285 m), Cap Fraternité (225 m). Puis, en 1996, afin de souligner le jumelage entre le parc de conservation du Saguenay et le Parc National des Cévennes, on attribua, dans le cadre d’un échange toponymique, à trois autres caps du canton de Champigny, les noms de trois entités géographiques importantes du parc français : mont Aigoual, région de Cévennes et mont de Lozère. On fit le même pour les trois anses juxtaposées à ces caps en leur donnant les noms savoureux de Gardons (vallées), Jonte (rivière) et Tarn (rivière).

Ailleurs au Québec, le toponyme Champigny désigne aussi un secteur de l’arrondissement de Sainte-Foy de la ville de Québec (une banlieue de Québec), et une quinzaine de voies de communcation rurales (chemins) et urbaines (rues) dans autant de municipalités.

Canton de Champigny

Proclamé en 1908, situé sur la rive gauche du Saguenay, sur le territoire de la Municipalité régionale de comté du Fjord-du-Saguenay, ce canton inhabitué est plus petit que la moyenne. Son relief généralement élevé atteint 760 mètres au nord de la rivière Sainte-Marguerite qui traverse le canton de l’ouest en est. Sa frange sud, bordant la rivière Saguenay, appartient au parc du Saguenay. Ce nom est celui de Jean Bochart de Champigny, sixième intendant de la Nouvelle-France, de 1686 à 1702. Cet administrateur, à qui revient une bonne part de la responsablité des plans de campagne contre les Iroquois de l’Ouest, a droit en outre à la reconnaissance des historiens pour avoir proposé, en 1698, la création des archives canadiennes qui furent établies l’année suivante et tenues à jour par le secrétaire du Conseil souverain. En France, à l’est de Paris et du bois de Vincennes, le chef-lieu de canton du Val-de-Marne porte le nom de Champigny-sur-Marne. Au XVIIe siècle, la famille Bochart y possédait le château de Champigny.

Bibliographie :

  • Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d’un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d’un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
  • La France et le Québec. Des noms de lieux en partage. Commission de toponymie du Québec, les Publications du Québec, l’Association française pour l’information géographique, 1999.
Champigny

L’histoire ne nous a pas laissé de portraits de l’intendant Jean Bochart de Champigny. Le quai de Montréal dans le Vieux-Port. Photographie : Histoire-du-Québec.ca.