Histoire du Québec

Brevets Royaux

Brevets royaux pour le café et les dentifrices

Même les maisons royales ont des besoins prosaïques, et la Cour d’Angleterre compte parmi ses fournisseurs attitrés des négociants en café instantané et des fabricants de dentifrice. “By appointment to Her Majesty Queen Elisabeth II” est la marque d’une distinction hautement convoitée par les commerçants, signifiant littéralement : Par ordre de Sa Majesté la reine Elizabeth II, mais qui désigne les fournisseurs brevetés de la souveraine.

La tradition d’accorder des brevets royaux aux commerçants se perd dans la nuit des temps. Le roi Henry II avait déjà accordé en 1155 une charte royale à la Corporation des tisserands.

Henry VIII avait consenti au XVIe siècle des patentes à un homme qui était tenu d’approvisionner la Cour en « cygnes et grues ».

L’utilisation commerciale des armoiries royales n’a été vraiment pratiquée cependant qu’à partir du règne de Guillaume IV de 1830 à 1837. La reine Victoria, qui lui succéda, multiplia le nombre des autorisations royales, dont beaucoup sont toujours utilisées aujourd’hui pour fournir son arrière-petite fille, Elizabeth II.

Gothic Banque Québec

Gothic Banque Québec. Crédit photo : Histoire-du-quebec.ca