Histoire du Québec

Frontenac : Par la bouche de mes canons

Défaite des Anglais en 1690 et Frontenac

En 1690, la Nouvelle-France et la Nouvelle-Angleterre se cherchent querelle.

Au début de l’année, trois expéditions militaires françaises envoyées par M. de Frontenac incitent Willliam Phips à prendre le commandement de 32 navires au départ de Boston, avec pour objectif de conquérir Québec.

Le 16 octobre 1690, les navires mouillent devant la ville. Comme il est de coutume, Phips envoie un émissaire demander au gouverneur Frontenac la reddition de la colonie. C’est par la ruse et la bravade que ce dernier parviendra à retarder l’attaque.

Lorsque l’émissaire débarque, on lui bande les yeux. Afin de lui faire croire que les défenses de la ville sont impénétrables, on lui fait faire un véritable parcours d’obstacles: chemins impraticables, volontaires qui lui barrent le passage, habitants qui se moquent de lui, le pressent et le bousculent, tout est destiné à lui faire croire à une population nombreuse et prête à se défendre, et à des fortifications à toute épreuve. Lorsqu’il arrive devant Frontenac, celui-ci l’accueille dignement drapé de ses plus beaux atours.

C’est à ce moment que Louis de Boadé comte de Frontenac prononce sa phrase célèbre : ” Je n’ai point de réponse à faire à votre général que par la bouche de mes canons et à coups de fusil; qu’il apprenne que ce n’est pas de la sorte qu’on envoie sommer un homme comme moi… “

Frontenac canon quebec

Frontenac : Par la bouche de mes canons !

Par la bouche de mes canons… Photo : © Histoire du Québec

Voir aussi :