Histoire du Québec

Bitcoin

Bitcoin

Existant depuis 2009, le système ou le concept de l’argent numérique connu comme Bitcoin est un développement du projet de b-money, conçu par Wei Dai en 1999, ainsi que du concept de bitgold  créé par Nick Szabo en 2005. Cette monnaie électronique résout en particulier le problème crucial du modèle de confiance dans le monde virtuel : les serveurs « honnêtes » votent avec leur puissance de calcul pour déterminer la chaîne de transaction légitime (l’idée générale avancée dans le concept de bitgold), tandis que dans le concept de b-money, les serveurs étaient supposés verser un dépôt de garantie dans un mécanisme assez confus.

La devise monétaire du système s’appelle bitcoin (à noter la différence entre la minuscule et la majuscule dans la définition de la devise et du système de paiement dans cette divise, même si en pratique, on peut utiliser les deux variantes).

Le système Bitcoin repose sur un protocole cryptographiques pour résoudre le problème du double paiement, qui avait jusqu’alors empêché l’émergence d’un tel type de monnaie, et pour éviter la falsification des identifiants des parties prenantes et la valeur du stock de bitcoins figurant dans les porte-monnaies électroniques.

Cette monnaie se distingue des systèmes préexistants. Premièrement, la valeur du bitcoin est déterminée de façon flottante par son usage, c’est-à-dire, par le marché des changes. Bitcoin n’est donc pas l’incarnation de l’autorité d’un État ou d’une banque. Dans le cas du bitcoin, les règles organisant l’émission de nouvelles unités sont quant à elles déterminées par un code informatique libre.

bitcoinBitcoin, est-il la monnaie du futur ? Photo : © mapledip.com

Ensuite,  en tant que système de paiement, cet argent électronique se distingue par le fait de tenir les comptes des transactions réelles. Son fonctionnement ne requiert donc pas l’utilisation d’une infrastructure centralisée. Le rôle de garantie et de vérification est attribué à un ordinateur du réseau choisi de façon aléatoire et qui entre en action chaque dix ou quinze minutes, environ.

Le bitcoin est utilisé dans le marché sans frais, aucun intermédiaire ne tocuhant de commission. Aujourd’hui, cette devise a déjà acquis une certaine notoriété. Il permet en effet de régler un achat auprès d’un vendeur qui accepte ce type de paiement (ces transactions se font nécessairement via une plateforme de serveurs nommés « mineurs de bitcoins » avec de l’aide d’une chaîne d’ordinateurs privés).

Il peut notamment être échangé contre des devises et, dans certains pays, il est désormais possible de payer la course d’un taxi, de réserver une chambre d’hôtel, de faire du shopping ou même de se faire payer son salaire en bitcoins à la cotization mise à jour. Des distributeurs de bitcoins ont déjà été installés dans certains pays, permettant de faire des transactions. Mais ces postes ne délivrent pas d’argent physique.

En raison de leur valeur fluctuante, le bitcoin est sujet à une polémique qui ne finira peut-être jamais (au moins, au long de son existence). Son taux est défini sur différentes plateformes, où les valeurs peuvent être différentes, ainsi ce taux est extrêmement fluctuant. Ces évolutions importantes lui attirent des détracteurs, qui dénoncent la création d’une bulle spéculative, ce qui n’est pas loin de la réalité, plusieurs personnes achetant des bitcoins uniquement pour les revendre plus cher – en fait, les utilisateurs peuvent dupliquer des bitcoins pour en produire de nouveaux, mais seulement si leur ordinateur est équipé d’un logiciel spécial (en théorie, il est impossible de générer un bitcoin avec un seul ordinateur, celui-ci ne disposant pas d’assez de puissance de calcul).

Dans un futur plus ou moins proche, notre civilisation verra s’il s’agit d’un nouveau type de monnaie internationale ou si l’humanité n’a affaire qu’à une vraie bulle spéculative que se dégonflera un jour et sera oubliée par tout le monde, à l’exception des perdants qui avaient investi leur argent réel dans cet argent numérique.