Histoire du Québec

Bigamie involuntaire

Bigamie involontaire

Au printemps de 1662, un nouvel immigrant français en Nouvelle-France, M. Pierre Pichet, de Poitiers, s’embarque sur un voilier en partance pour Québec. Il est âgé de 27 ans et il laisse à Poitiers sa femme qu’il a l’intention de faire venir sitôt qu’il sera établi à Québec. Rien d’étonnant dans tout cela, car ils étaient nombreux à faire ainsi à l’époque.

Cependant, une fois à Québec, son frère Louis Pichet lui écrit une lettre dans laquelle il lui annonce que Marie Lefebvre de Pichet, sa femme bien-aimée, est décédée à la suite d’une maladie et enterrée dans le cimetière du village.

Pierre Pichet reste veuf trois ans et, le 25 novembre 1665, il épouse Mme Catherine Durant. Le couple vit à Québec et trois enfants naissent de cette union.

C’est en 1671 qu’un nouvel immigrant de Poitiers, étonné de rencontrer son ancien voisin dans une rue de Québec accompagné de sa nouvelle femme, lui annonce que Marie Lefebvre est toujours vivante et qu’elle n’a jamais été malade.

Pichet retourne en France retrouver sa légitime épouse (et l’autre avec ses trois morpions, quoi c’est-y qu’elle était censée faire pendant ce temps-là?). Il la convainc facilement d’émigrer au Nouveau-Monde. Des problèmes d’ordre religieux et légaux (entre autres!) l’attendent à Québec, mais…

Lors de la traversée vers l’Amérique, Marie tombe malade et meurt (du moins le pense-t-on…). Comme c’est la coutume, son corps est confié à l’océan. Pierre Pichet retrouve Catherine Durant, sa deuxième épouse, règle divers problèmes juridiques et le couple a quatre nouveaux enfants…

(d’après Robert-Lionel Séguin, La vie libertine en Nouvelle-France, Leméac, 1972)

bigamie involontaire

Bigamie involontaire

Défile de la Saint-Jean en 2014. Photo : Histoire-du-Québec.ca