Histoire du Québec

Bécancour

Ville de Bécancour

La ville de Bécancour est située dans la plaine du Saint-Laurent, dans la région administrative du Centre-du-Québec, municipalité régionale de comté de Bécancour. Le territoire de la municipalité s’étend sur près de 435 kilomètres carrés, la population compte environ 11 500 Bécancouroises et Bécancourois.

Le territoire de la ville de Bécancour est caractérisé par un relief plat, le seul point élevé étant le Plateau Laval dans le secteur Sainte-Angèle-de-Laval.

Deux lacs se trouvent sur le territoire, dont le plus important est le lac Saint-Paul, situé entre Saint-Grégoire et Bécancour. Le deuxième lac est le Lac aux Outardes, localisé près du lac Saint-Paul. Huit grandes rivières s’y trouvent également, il s’agit des rivières Sainte-Marguerite, Godefroy, Bécancour, Saint-Wenceslas (appelée aussi Blanche), Gentilly, Gentilly Ouest, du Moulin et aux Orignaux.

Grâce à ses rivières, Bécancour est considérée comme un carrefour des réseaux de distribution électrique et le Parc industriel et portuaire de Bécancour est reconnu au Québec comme l’un des endroits où l’alimentation hydroélectrique est des plus fiables.

En effet, le Parc industriel s’alimente de trois sources hydroélectriques différentes: Churchill Falls, la Baie James (les plus importantes du monde) et le réseau de la rivière Saint-Maurice. À proximité se trouve la centrale nucléaire Gentilly II d’une puissance de 685 MW.

Bécancour est un des plus anciens établissements riverains du Saint-Laurent. Sa fondation remonte à 1647. L’érection canonique eut lieu en 1722. Son nom vient du nom de Pierre Robineau de Bécancour. Les Abénakis, des Amérindiens originaires du Maine, s’installent en bordure de la rivière Bécancour, appelée autrefois la rivière Solinak, au début du XVIIIe siècle, quand le marquis de Vaudreuil les invite à s’établir en Nouvelle-France à la suite du massacre de leur village dans le Maine. Ils avaient déjà été convertis au catholicisme et étaient des alliés des Français et des Acadiens dans la lutte contre les Iroquois et les Anglais.

Aujourd’hui, la ville de Bécancour est composée de plusieurs noyaux urbains, dont la plus grande partie se retrouve à proximité des rives du fleuve Saint-Laurent. Il s’agit de Sainte-Angèle-de-Laval et Gentilly, du Plateau Laval, du grand territoire occupé par le Parc industriel et portuaire de Bécancour précité, ainsi que de la centrale nucléaire Gentilly II et l’ancienne usine d’eau lourde appartenant à l’Énergie atomique du Canada.

Les secteurs Saint-Grégoire, Bécancour, Précieux-Sang et Sainte-Gertrude complètent le répertoire des secteurs municipaux.

En bref, on constate que la Ville de Bécancour constitue un milieu excellent et fort propice pour des nouveaux résidents au Québec. Outre les possibilités d’emploi, la ville est dotée d’équipements récréo-touristiques et patrimoniaux.

Gentilly

Au Québec, la rivière Gentilly tire son origine toponymique de la seigneurie de Gentilly que Michel Pelletier de La Prade acquit en 1676 sur la rive sud du Saint-Laurent. En nommant ainsi son domaine, celui-ci voulut rappeler la paroisse française de Gentilly, aujourd’hui commune stituée dans l’arrondissemnt de L’Hay-les-Roses, département du Val-de-Marne, dont l’appellation vient du nom d’homme latin Gentilus, avec le suffixe -acum. Avec ses 17 000 habitants, cette petite ville de la région Île-de-France concentre ses actitivés industrielles sur la fabrication d’outillage et de produits pharmaceutiques. Elle possède notamment une église du XVIe siècle. D’autre part, serpenant dans la région du Centre-du-Québec, la rivière Gentilly prend sa source dans un secteur assez marécageux de la partie méridionale du canton de Blandford, traverse le lac Soulardet rejoint le Saint-Laurent à 5 km à l’ouest du secteur de Gentilly de la ville de Bécancour. Sous le Régime français, ce cours d’eau était aussi appelé Petite rivière Puante, en raison d’une odeur nauséabonde qui s’en dégageait. Outre la rivière, le toponyme Gentilly a aussi désigné dans le passé une paroisse, créée en 1784, de même que la municipalité de la paroisse de Saint-Édouard-de-Gentilly, érigée en 1845, et la municipalité du village de Gentilly, créée, elle, en 1900.

En 1965, cette dernière et dix autres municipalités rurales de la régiom furent regroupées paour former une seule ville : Bécancour. Gentilly constitue donc actuellement un secteur de cette ville, laquelle possède un important parc industriel et portuaire, axé sur la sidérurgie et la fabrication de l’aluminium. De plus, l’unique centrale nucléaire du Québec destinée à la production d’énergie électrique se situe à l’est de l’embouchure de la rivière Gentilly et elle porte le nom de Gentilly 2, ayant pris la relève de Gentilly 1 au début des années 1980.

À proximité, la compagnie L’Énergie atomique du Canada y a érigé une usine d’eau lourde. Au Québec, le toponyme Gentilly désigne également d’autres entités géographiques : des battures émergeant au milieu du Saint-Laurent entre Bécancour et Champlain, une circonscription électorale municipale de Longueuil et des voies de communication urbaines dans sept municipalités différentes. Par ailleurs, un des affluents de la rivière Gentilly porte le nom de Rivière Genilly Sud-Ouest.

Bécancour

Village de Sainte-Angèle-de-Laval, à Bécancour, vu du Saint-Laurent.  Photo :  Fralambert