Histoire du Québec

Bataille de Monongahela : Guerre de Sept ans

Bataille de Monongahela lors de la guerre de Sept ans

Le site de cette bataille se trouve dans le comté de Washington, en Pennsylvanie, à environ 50 kilomètres de la ville de Pittsburgh, fondée par les Français qui y édifièrent le fort Du Quesne.

La bataille emprunte son nom à la rivière Monongahela, qui prend sa source dans les monts Alleghanys, en Virginie, et rejoint la rivière Allegheny à Pittsburgh. À partir de là, le cours d’eau devient la rivière Ohio.

Un détachement français part en expédition depuis le fort Du Quesne le 9 juillet 1755. Les troupes, envoyées par M. de Contrecoeur, commandant du fort, et dirigées par le capitaine de Beaujeu, se composent de 100 soldats français, 100 miliciens canadiens et 600 Indiens.

Les troupes britanniques, commandées par Braddock, avancent en direction opposée. Les Britanniques viennent du fort Cumberland et comptent plus de 1450 soldats, ainsi que des centaines de miliciens américains employés dans les missions de logistique.

Ce 9 juillet, les Français et les Britanniques se rencontrent sur la rivière Monongahela. Les Britanniques viennent de traverser la rivière Monongahela et avancent sur un chemin qui au milieu des bois, où ils ne peuvent se déployer. Les éclaireurs français aperçoivent l’ennemi de loin malgré les arbres.

Les Français ont donc l’avantage de la surprise, alors que les Anglais ne peuvent profiter de leur supériorité numérique.

Cependant, la première attaque des Français échoue. Les Britanniques ripostent énergiquement et les miliciens, mal organisés, reculent. Les Britanniques avancent vite et leur artillerie légère met en fuite les Indiens. Le capitaine de Beaujeu est tué au début des combats, et c’est le capitaine Dumas qui prend le commandement. Avec une poignée de soldats, il s’approche de l’adversaire. Les Britanniques reculent de quelques pas et les Indiens, constatant ce premier succès, reviennent sur les lieux et attaquent les Anglais à leur tour. Les forces britanniques sont mises en déroute en quelques minutes.

George Washington, participant à cette bataille, constate que sur les trois compagnies des troupes de Virginie engagées dans la bataille, il ne reste que 30 hommes.

Selon les données officielles, sur 86 officiers britanniques, 63 sont tués ou mis hors de combat. Sur plus de 1370 hommes de troupe, environ 900 perdent la vie ou sont blessés. Les Français s’emparent de l’artillerie, des bagages et des provisions.

Un certain nombre de Britanniques ont été tués par leurs propres camarades, qui ne pouvaient distinguer l’ennemi de l’ami au milieu de ces bois touffus.

Bataille de Monongahela

La mort du Général Braddock

Gravure du XIXe siècle représentant la mort du Major-général Braddock lors de la bataille de Monogahela. Image du domaine public

Voir aussi :