Histoire du Québec

Un banquet à Québec

Un banquet à Québec

Le 26 décembre 1791, au Café des Marchands dans la basse-ville de Québec, a lieu un banquet auquel assistent des dizaines de représentants de l’élite de Québec. La plupart des convives sont des Canadiens français, mais des Anglais se joignent à eux. Le but de la réunion? Célébrer l’entrée en vigueur de la nouvelle constitution du Bas-Canada. En même temps, les citoyens anglais célèbrent la constitution à l’auberge de Franks, dans la haute-ville.

La Gazette de Québec publie un compte rendu du banquet. Chaque toast prononcé y est cité. En tout, on lève son verre 35 fois! N’oublions pas que tous les toasts étaient officiels et s’abstenir de boire pourrait être interprété comme un signe de désaccord, de manque de loyauté envers l’institution ou la personne pour laquelle le toast était proposé.

Voici la liste des toasts, selon la Gazette de Québec :

  1. Pour la nouvelle Constitution du Bas-Canada ;
  2. Pour le roi de Grande-Bretagne ;
  3. Pour la reine et la famille royale ;
  4. Pour les lords et les Communes ;
  5. Pour le gouverneur du Bas-Canada, lord Dorchester ;
  6. Pour le commandant de l’armée canadienne, le général Clarke ;
  7. Pour le duc de Kent et l’armée ;
  8. Pour le colonel Simcoe, gouverneur du Haut-Canada ;
  9. Pour la marine et l’armée ;
  10. Pour les concitoyens assemblés à l’auberge de Franks (rappelons qu’il s’agit des citoyens anglais de Québec qui y sont en banquet) ;
  11. Pour la Constitution (ici apparaît un premier signe de fatigue, les convives ont oublié que le premier toast avait été porté pour cette Constitution) ;
  12. Pour M. Adam Lymburner ;
  13. Puissent les députés n’avoir que le bien public en vue ;
  14. Pour la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick ;
  15. Pour l’accord et l’union entre le Haut et le Bas-Canada ;
  16. Pour la constitution de la Grande-Bretagne ;
  17. Pour la révolution en France (un excès de boisson ?);
  18. Pour le commerce et la navigation ;
  19. Pour les délégués à l’auberge de Franks (voir le toast numéro 10) ;
  20. Pour l’avenir de la liberté ;
  21. Pour la réforme des lois ;
  22. Pour l’argent comptant et la santé ;
  23. Pour l’agriculture et les bons vins (ne dit-on pas in vino veritas ?) ;
  24. Pour la liberté de conscience ;
  25. Pour l’abolition du système féodal ;
  26. Pour l’abolition de la division en anciens et nouveaux sujets, on est tous des Canadiens ;
  27. Pour les comtés de Québec et Montréal ;
  28. Puisse l’agriculture faire fleurir le commerce (une belle fusion des toasts 18 et 23) ;
  29. Pour l’union et la paix à Québec ;
  30. Puisse l’unanimité prévaloir ;
  31. Longue vie aux convives présents ;
  32. Pour la reconnaissance à la mère-patrie ;
  33. Pour la bénédiction du pauvre ;
  34. Puisse la liberté s’étendre jusqu’à la Baie d’Hudson (cf toast 20) ;
  35. Pour des jours d’aisance et des nuits de plaisir avec la nouvelle Constitution (une belle conclusion !)

Ces 35 toasts furent accompagnés de discours. «Tout se passa très bien et la satisfaction générale régna pendant toute la soirée», selon la Gazette de Québec.

Les membres du Séminaire de Québec célébrèrent eux aussi la nouvelle Constitution par un banquet splendide. Là-bas, on boit à la santé de notre Grand Roi Souverain, du Parlement et de la Constitution. La Gazette de Québec, toujours honnête et fiable, remarque en postscriptum qu’au cours du banquet au Séminaire aucune boisson alcoolisée ne fut ingérée, car le règlement prescrivait la sobriété et la tempérance.

banquet

Banquet. Photo : Histoire-du-Québec.ca