Histoire du Québec

Baie-Johan-Beetz

Municipalité de Baie-Johan-Beetz

Baie-Johan-Beetz est une vaste municipalité, constituée en janvier 1966 dans la municipalité régionale de comté de Minganie de la région administrative de la Côte-Nord (Région touristique de Duplessis).

Le recensement de 2010 y a dénombré environ 90 résidents. Sa superficie est de 425 kilomètres carrés. La distance entre Baie-Johan-Beetz et Havre-Saint-Pierre est d’environ 65 kilomètres et celle entre Baie-Johan-Beetz et Sept-Îles est d’environ 240 kilomètres.

Le village doit son nom à l’artiste peintre et sculpteur belge, le comte Johan Beetz (1874-1949), qui y a vécu entre 1897 et 1922. Jadis, on pouvait visiter la maison que l’artiste a lui-même décorée. C’est plutôt un manoir luxueux que les habitants appellent encore aujourd’hui Le Château, mais on nous apprend qu’il n’y a plus de visites au Château, faute d’entente entre la municipalité et les propriétaires. Espérons que la situation se normalise. M. Beetz a apporté une grande contribution aux habitants du village par ses connaissances en médecine.

Autrefois le village était appelé Piesthebi, mais cette appellation a une foule de variantes, dont Piashti Bay, Pillage Bay, Baie du Pillage, Piastibe, Piashte Bay, Piastre Baie, etc. Le terme vient de l’expression montagnaise piashite-pets, c’est-à-dire, là où l’eau passe par-dessus. Selon certains, toutefois, le mot remonte au mot piashtibé baie sèche ou là où l’eau monte.

Le nom actuel a été choisi par les résidents en 1910, mais cette décision s’est concrétisée officiellement en 1966, avec la constitution civile de la municipalité. La baie cependant porte son nom depuis 1914.

Admettons que la dénomination montagnarde reflétait davantage le lien avec la topographie. En effet, à marée basse, la baie est sèche et que même les navires de tonnage moyen doivent attendre que l’eau monte avant de s’y engager.

Les premiers habitants blancs de ces lieux proviennent des Îles-de-la-Madeleine vers 1850 et une seule famille, celle des Tanguay est issue de Berthier-sur-Mer (selon certains, quelques familles sont venues de Paspébiac). La mission catholique y est fondée en 1890 et un peu plus tard, le bureau de télégraphe y est ouvert.

Notons en passant que M. Beetz a épousé Adéla Tanguay. Il semblerait que Mme Tanguay de Beetz a été la première télégraphiste du bureau.

Au début du XXe siècle, M. Beetz fonde une entreprise d’élevage de renards où travaillaient plusieurs habitants du secteur.

L’attrait principal du village, le Château, construit en 1897-1900 dans le style Second Empire et situé dans un décor enchanteur, offre un point de vue à couper le souffle. Ce bâtiment de douze pièces a été classé monument historique en 1979. L’appellation officielle du Château est Maison Johan-Beetz (située au 15, rue Johan-Beetz).

Aujourd’hui, Baie-Johan-Beetz est devenue un lieu privilégié pour la pêche à la truite et au saumon.

La Pourvoirie Baie-Johan-Beetz est l’entreprise la plus connue de la région. Elle a son siège dans le Château, en plein coeur du village de Baie-Johan-Beetz. La pourvoirie possède les droits exclusifs et opère sur les rivières la Piashti et la Petite Watshishou, deux rivières à saumon.

Le Sanctuaire de Watshishou accueille plusieurs espèces d’oiseaux aquatiques, près de la rivière de la Corneille qui traverse le territoire du village.

Bref, les résidents vous diront que peu importe si vous venez pour la pêche ou pour visiter Baie-Johan-Beetz et ses environs, vous serez conquis par le service, la qualité de la pêche et la gastronomie locale.

En 1996, le prolongement de la route 138 a relié la municipalité à Havre-Saint-Pierre et Natashquan. De cette façon, a été brisé finalement l’isolement des résidents, mais d’autres villages de la région ne sont encore accessibles que par bateau ou par avion.

En juin 2011, les résidents ont ouvert une épicerie et une station d’essence grâce à la coopérative de solidarité. Ils travaillent d’ailleurs présentement à conserver les services éducatifs dans leur village pour les enfants.

Le caboteur Nordik Express dessert Rimouski, Sept-Îles, Port-Menier, Havre-Saint-Pierre, Baie-Johan-Beetz, Kegaska, Natashquan, La Romaine, Harrington-Harbour, Tête-à-la-Baleine, La Tabatière, Saint-Augustin, Vieux-Fort (Old Fort) et Blanc-Sablon.

Fait historique : Baie-Johan-Beetz est considéré le seul endroit au Canada à avoir été épargné par la grippe espagnole puisque Johan Beetz a mis le village en quarantaine au tout début de l’épidémie.

Baie Johan Beetz

Baie-Johan-Beetz. Cette photo est du domaine public est fait partie du site du patrimoine culturel du Canada, number 9371 au registre canadien des sites historiques