Histoire du Québec

Amherst

Canton d’Amherst

Le canton d’Amherst, constitué civilement en 1887 sur une superficie de près de 261 kilomètres carrés dans la région administrative des Laurentides, se trouve dans la municipalité régionale de comté des Laurentides. Il regroupe environ 1445 résidents qui n’ont pas de gentilé spécifique.

Le canton d’Amherst est constitué de trois villages qui sont fiers de leur longue histoire : Saint-Rémi, Vendée et Rockway-Valley.

La municipalité d’Amherst se démarque par sa forêt et ses nombreux plans et cours d’eau, dont la rivière Maskinongé qui traverse le territoire d’Amherst du Nord au Sud.

Le village de Saint-Rémi, centre administratif de la municipalité d’Amherst, est situé sur les rives du lac Rémi tout près de Mont-Tremblant.

Vendée, quant à elle, se situe au nord du territoire, près de la Réserve faunique Papineau-Labelle.

Le village de Rockway-Valley se trouve au sud de Saint-Rémi et cette localité constitue un regroupement de villageois au carrefour des municipalités de Boileau et de Huberdeau.

Jusqu’aux années 1870, le territoire du canton n’était fréquenté que par des pêcheurs et chasseurs, même si quelque familles algonquiennes y séjournaient parfois.

Quand le curé Antoine Labelle décide de contrer l’exode de dizaines, voire de centaines de milliers de Canadiens français pour les États-Unis, il invite les gens à coloniser les cantons du Nord et y défricher les terres. Alors, c’est dans cet esprit que les premiers colons viennent habiter Amherst et la première église y est construite, en 1878. Cette église en bois fut brisée par de fortes rafales de vent à deux reprises, en 1885 et en 1893. Alors, après le second désastre, les paroissiens se rendent compte qu’une église en pierre sera plus durable et la font ériger en 1906.

Le nom du canton Amherst rappelle le général Jeffrey Amherst, celui qui a conquis la Nouvelle-France pour l’Angleterre.

Certains des premiers résidents de la municipalité d’Amherst proviennent d’Irlande. Ils arrivèrent en avril 1877. Ils étaient anglophones et protestants.

En 1894, la mine de Saint-Rémi d’Amherst s’ouvre et le village devient un village minier, après la découverte du kaolin, un minerai utilisé à plusieurs usages dans l’industrie.

Cette mine a eu une triste histoire, car la revue Relations, dans son numéro de mars 1948, révélait qu’au cours des ans, des dizaines de travailleurs étaient morts de silicose dans la mine du petit village de Saint-Rémi d’Amherst. C’est le curé d’Amherst qui mène les premières recherches et découvre la vérité. En effet, le kaolin produit la poussière de kaolin qui provoque la silicose, lorsqu’elle est respirée à doses répétées. Cette maladie est mortelle si elle n’est pas soignée à temps.

Aujourd’hui, Amherst se distingue comme une municipalité de vacanciers provenant d’un peu partout du Québec, de l’Ontario et même des États-Unis.

Le lac Wagamung (un lac plutôt éloigné, mais facile d’accès), le lac Rognon, le lac Cameron (près de Vendée) et le lac Canon, situés sur le territoire d’Amherst sont très fréquentés par des pêcheurs. On y attrape la grise, la mouchetée, etc.

Canton Amherst

Canton Amherst

Canton d’Amherst. Photo du domaine public