Histoire du Québec

Akwesasne, réserve indienne

Réserve indienne d’Akwesasne

Suivant la tradition, ce sont des Mohawks vivant antérieurement à Kahnawake qui vinrent s’établir à Akwesasne, vers 1750. Une mission catholique dirigée par des Jésuites y aurait par ailleurs été implantée en 1752 et mise sous le patronage de saint Jean-François Régis, dit l’apôtre des Cévennes, lui-même un jésuite français décédé en 1640 et canonisé en 1737. La mission ne retint cependant que le nom abrégé de Saint-Régis et, dès 1758, on retrouvait la forme St. Régis sur une carte géographique.

L’utilisation en parallèle des formes amérindienne et française est attestée par des documents contemporains de cette époque. Ainsi, Aghquissasne et Aghquesaine ont-ils été relevés dans des ouvrages datant respectivement de 1763 et de 1768. Lorsqu’on éttablit un bureau de poste à cet endroit, en 1864, on privilégia le nom de Saint-Régis.

Bien que plusieurs sources attestent encore l’usage d’Akwesasne au début du XXe siècle, il faudra quand même attendre les années 1980 avant qu’il ne retrouve la faveur populaire et 1988 pour que le nom soit intégré à la toponymie officielle.

Le mot nAkwesasne signifie là où nle perdrix bat des ailes. Ce battement rapide et vigoureux, qui peut être enendu sur une bonne distance en forêt, fait partie du rite de séduction du mâle en période de pariade.

Près de 10 mille Mohawks vivent actuellement à Akwesasne, sur un territoire d’approxamiativement 90 kilomètres carrés partagé entre le Québec, l’Ontario et l’État de New York, dans les États-Unis. Environ de la moitie de la population de cette réserve indienne se retrouve du côté canadien. Au Québec, le village se situe sur le territoire de la Municipalité régionale de comté du Haut-Saint-Laurent, dans la région administrative de la Montérégie.

Notons finalement que la position géographique d’Akwesasne en fait le village le plus méridional du Québec.

Amérindiens Abitibi

Amériendiens vus par le Musée Grevin de Montréal. Photo : Histoire du Québec.ca.